Association loi 1901 affiliée à l'U.D.A.F. du Rhône (Union Départementale des Associations Familiales)
et à la F.N.A.P.T. (Fédération Nationale des Associations Prévention Toxicomanies)
Bienvenue !
menu.html
Accueil
Qui sommes nous ?
Devenir membre
Commander le livre
Préventions
Groupes écoute
Liens
Actualités 
Pandémie cannabique 
Archives
Agenda
Forum <<
archives_9.html
CHANGEMENT DE CAP ? edito juillet 2008

Le nouveau plan gouvernemental 2008-2011 de lutte contre la drogue et la toxicomanie nous apporte quelques bonnes nouvelles. Paru ce mois de juillet 2008, il comprend 193 mesures dont 38 dans le domaine de la prévention et de la communication. Nous tenons à souligner quelques points qui nous tiennent particulièrement à coeur :


La prévention de la première expérimentation.

Depuis longtemps nous alertons sur la prévention de la première expérimentation. Nous apprécions donc particulièrement que M. Fillon dans l'introduction de ce plan insiste sur « la prévention des entrées en consommation ». Notre premier ministre remarque que « l'attention et l'action des pouvoirs publics sur les usages problématiques de drogue » se sont faits « au détriment de la prévention des usages simples, ce qui a contribué à encourager la demande de drogues en banalisant les premières consommations et a affaibli l'interdit qui pesait sur celles ci. Ceci d'autant plus fortement que le discours des pouvoirs publics sur le sujet a parfois manqué de cohérence et de clarté. »

Parfois, c'est le moins qu'on puisse dire.

M. Fillon se veut positif :« Il n'y a pas de fatalité de l'échec et l'on peut prévenir l'usage des drogues si l'on s'en donne les moyens. » Il oriente vers cet objectif auquel nos associations travaillent dans l'ombre depuis longtemps : « éviter autant que possible, les expérimentations, notamment précoces, des drogues illicites et des abus d'alcool et combattre les attitudes qui contribuent à banaliser, et à faire admettre ces comportements. »


L'intention de travailler en lien avec les associations de parents d'élèves et les UDAF


Nous nous référons principalement à la « fiche n° 1-3 Prévenir, Communiquer, Informer » et nous nous réjouissons de cet objectif : « relégitimer les adultes dans leur rôle de principal acteur de prévention ».


Le rapport de la MILDT note :

« Face aux problématiques d’usage de produits illicites et de consommation d’alcool chez leurs enfants, parfois très jeunes, de très nombreux parents se sentent désorientés et ont le sentiment de ne plus être légitimes pour imposer une exigence éducative. Cette problématique s’inscrit dans un contexte plus général de doute des parents quant à leurs capacités éducatives sur des sujets où la pression sociale est forte. Un effort particulier doit être fait pour les aider à se réapproprier une parole porteuse de la règle.

Pour leur redonner confiance, il faut renforcer leurs compétences éducatives notamment en développant l’information à leur intention et en leur fournissant des repères fiables. Ainsi, tout en se situant dans une approche positive, ils pourront gérer plus efficacement leur relation avec leur(s) enfant(s), affirmer les interdits et faire face aux défis de la vie quotidienne.

Il s’agit donc de trouver des moyens adaptés pour atteindre les familles quels que soient leurs modes de vie et leur proposer des ressources nécessaires afin qu’elles reçoivent information, aide et accompagnement.

Propositions

1. Organiser des états généraux sur les capacités éducatives pour faire émerger de grandes lignes d’intervention et de communication auprès des parents ;

2. Mener une campagne d’information grand public afin de relégitimer les adultes dans leur rôle de principal acteur de prévention lié aux risques de la consommation de drogues des jeunes dont ils ont la responsabilité ;

3. Créer un site internet de service et d’aide à distance en complément des lignes téléphoniques mises en place. Ce site devra mettre à disposition du public une aide permettant l’échange et le repérage rapide de structures de proximité ;

4. Mobiliser les dispositifs relais de la campagne d’information (réseaux d’aide à la parentalité, points info famille, Caisses d’allocations familiales, Unions départementales des associations familiales, associations de parents d’élèves) »


Nous ne pouvons que saluer les « grandes nouveautés introduites par le plan.

Il s’agit désormais de prévenir les premières consommations de produits illicites et d’éviter les consommations excessives d’alcool, particulièrement chez les plus jeunes. A cet égard, les mesures pouvant avoir un effet dissuasif sur les consommations doivent faire partie intégrante de la prévention :

Le plan prévoit de clarifier le discours public par des campagnes de communication afin de rendre les règles applicables plus compréhensibles pour les Français et de ne plus banaliser l’usage de stupéfiants et les abus d’alcool.

Un effort doit être fait pour renforcer la confiance des adultes dans leur capacité et leur légitimité à intervenir auprès des jeunes, et en particulier auprès de leurs enfants, pour les protéger des consommations de drogues ou de certains modes dangereux de consommation d’alcool. L’objectif est de mobiliser les parents et de les aider à être le relais de la règle commune. A cette fin, des états-généraux de la parentalité seront organisés et des dispositifs de soutien seront mis en oeuvre ».


Ce plan représente ainsi pour nos familles un formidable espoir d'être enfin entendues par les pouvoirs publics. A nous aussi de tout mettre en oeuvre pour que le dialogue soit effectif et rapide.


Pour consulter le texte complet : http://mildt.systalium.org/article5831.html

Marie-Françoise



lien_temoignages.html
VOUS SOUHAITEZ TEMOIGNER
Document fait avec Nvu
Contact :
  Le Phare - 133 boulevard de la Croix-Rousse - 69317 Lyon Cedex 04
            Tél : 04 78 28 26 62 
mise a jour Mise  à  jour
17 mai 2013